5 idées reçues sur le sport

Mis à jour : oct. 12


L’activité physique regorge de bienfaits et apporte de nombreux bénéfices pour votre santé.


Toutefois, de nombreuses idées reçues persistent encore dans le monde du sport (même si, chez Physicare, nous parlons plutôt d’activité physique), certaines pouvant même parfois s’avérer contre-productives par rapport à l’objectif du pratiquant.


Afin que vous ne tombiez pas dans le piège des préjugés et pour déconstruire ces mythes, passons ensemble en revue 5 d’entre-elles.


1. Les courbatures sont synonymes de « bonne séance »


Ah, les courbatures, ces coquines.


Elles apparaissent généralement après une activité physique intense ou inhabituelle.


De fait, en sortant de sa zone de confort et/ou en poussant votre corps dans ses retranchements, il y a de fortes chances que vous ayez des courbatures.


Toutefois, cela ne signifie en rien que la séance a été efficace, cela veut simplement dire que vous avez sollicité votre corps différemment ou effectué un exercice un peu brutal.

A l’inverse, il est tout à fait possible d’avoir effectué une séance très efficace sans avoir aucune courbature le lendemain.


Celles-ci dépendront également du type de contractions majoritairement effectuées au cours de la session de travail.


Oh, et tant qu’on y est :

  • Non, l’acide lactique n’a rien à voir avec les courbatures, c’est la façon qu’à le corps de récupérer des micro-lésions provoquées par l’activité intense.

  • Non, perdre 3L d’eau pendant sa séance n’est pas non plus signe d’efficacité de la séance.


2. Pour perdre du ventre, il faut effectuer beaucoup d’abdos


Mauvaise nouvelle, il est difficile de perdre du gras de façon localisée.


Il existe, dans votre corps, des zones de stockage préférentielles, c’est-à-dire des zones où votre corps préféra généralement stocker le surplus calorique éventuel.


Ce que cela signifie, c’est que si vous avez tendance à plus emmagasiner de la graisse au niveau du ventre, alors c’est probablement à cet endroit que vous verrez le moins rapidement les résultats de votre travail acharné à la salle (ou à la maison) ; car votre organisme ira chercher dans les réserves de tout le corps pour répondre à vos besoins en énergie (comprendre : l’organisme utilisera le gras stocké pour fournir de l’énergie), et pas seulement dans ces zones spécifiques.


3. Il est possible de transformer la graisse en muscle


C’est un point en lien direct avec le précédent (et c’est pourquoi il vient juste après, c’est fou comme les choses sont bien faites 😯).

Vous l’aurez compris, il n’est pas possible de transformer la graisse en muscle. D’une manière générale, la perte de gras et la construction musculaire sont deux mécanismes distincts.

Le muscle créé ne dépend en rien de la graisse présente dans le corps et, si le surplus de gras est important, il faut en général le perdre avant de pouvoir créer du muscle, car la construction musculaire, elle, requiert un apport en calories supérieur aux besoins.


Une exception toutefois : pour certaines personnes, notamment débutantes, il est possible de perdre du gras tout en construisant du muscle.


4. Le sport à jeun permet de brûler plus de graisses


D’une façon générale, il n’est pas forcément recommandé pour une personne débutante de s’entraîner à jeun car cela ne favorisera pas le gain de masse musculaire. Mais cela ne favorisera pas non plus la perte de gras.


Toutefois, le fait que vous vous retrouviez à vous entraîner à jeun ou non peut dépendre de plusieurs facteurs (obligation de vous entraîner très tôt le matin et donc difficile de manger avant la séance, par exemple) parfois indépendants de votre volonté.


Si votre emploi du temps vous oblige alors à vous entraîner à jeun, sachez que ce n’est pas dangereux, contrairement à ce que l’on peut lire parfois. Mais il se peut que votre organisme ait du mal a gérer l’effort demandé le ventre vide (selon l’intensité demandée) et vous rappelle à l’ordre (hypoglycémie légère, nausées…). Cela sera propre à chacun.


Finalement, apprenez surtout à écouter votre corps et à répondre à ses besoins. Si vous vous sentez trop faible durant vos séances, essayez de manger 1h à 1h30 avant votre entraînement, vous ferez ainsi le plein d’énergie pour vous assurer de performer à votre meilleur niveau.


5. Il faut absolument atteindre ses limites à chaque séance pour progresser


Il est très facile de faire des entraînements laissant même le meilleur des athlètes sans aucune énergie en seulement 10 min.


Ce qui est plus difficile, c’est de construire des séances qui sont efficaces et qui permettent la répétition de l’effort plusieurs fois dans la semaine (un stimulus répété étant nécessaire à l’adaptation et à la croissance musculaire).


Cela implique une bonne connaissance des processus physiologiques à l’œuvre et de l’anatomie pour ne pas solliciter constamment les mêmes muscles, ce qui pourrait s’avérer au final contreproductif (c’est pourquoi il existe des personnes dont c’est le métier).

Dès lors, vivre chaque entraînement comme si c’était le dernier n’est peut-être pas la solution. Il existe un entre-deux, une zone d’effort optimale où vous progresserez sans forcément ressortir en rampant de la salle de sport. Comme pour beaucoup d’autres choses, le sport est une question d’équilibre. Sachez trouver ce dernier ; entre efforts intenses, efforts modérés et jours de repos. C’est grâce à cet équilibre que vous pourrez être régulier et progresser dans vos entraînements.


N’hésitez donc pas à nous contacter, nous sommes à votre disposition pour tout besoin.

Physicare-blanc.png

Physicare est un organisme de formation Datadocké et un bureau d'étude en prévention santé et mieux-être, labellisé CNOSF

17 Rue de l'Arrivée, 4ème étage, 75015 Paris

© 2020 by Physicare. Creation by Jinhoprod

NEWSLETTER